Menu
Menu

Ces mamies vont vous réconcilier avec le sport

Et si vous pratiquiez un sport ? Impensable pour vous ? Superflu ? Ennuyeux ? Vous préféreriez vous enfermer dans une grotte pendant 48 heures plutôt que de chausser une paire de baskets ? Selon vous, il existe bien assez de moyens pour cultiver sa longévité ? Bien-être intérieur, équilibre alimentaire, cosmétiques, mode : et si toutes ces pratiques devenaient encore plus efficaces en complément d’une activité physique ? 

Vous êtes convaincu(e) qu’il est trop tard. Mais il n’en est rien. Si vous en doutez, l’histoire aussi vraie qu’extraordinaire de ces mamies infatigables pourrait bien vous faire changer d’avis !

1/ une athlète centenaire brave le bitume !

sport - ida keeling - isalys rédige
Crédits photo : Runner’s world (gauche) et Daily Mail (droite).

Ida Keeling est née à Harlem, le 15 mai 1915, soit la même année que l’invention du tube coulissant pour le rouge à lèvres ! Il y a donc 103 ans !! Mais ne vous fiez pas à ce compteur, cette grande dame des épreuves de sprint impressionne par sa condition physique et son mental d’acier. 

Sa vie ne se résume pourtant pas à une course à grande vitesse sur une grande ligne droite. Et c’est peut-être là que réside le secret de son éternelle jeunesse : puiser des ressources dans tout ce qui se présente, y compris dans le malheur. Confrontée à seulement 10 ans à la crise financière de la Grande Dépression, elle devient veuve et mère célibataire de 4 enfants à l’âge de 42 ans. D’eux d’entre eux sont assassinés alors qu’elle a 63 ans. Ida dépérit. Sa fille Shirley décide alors de l’amener courir sur 5 kms : Ida termine la course et débute alors une nouvelle vie. Elle a 67 ans et la même ferveur sportive qui la caractérisait durant son enfance. 

Sa philosophie est simple : elle vit pour courir, elle court pour vivre. Elle prouve ainsi les vertus du sport sur le bien-être psychologique. Mais cette sportive rigoureuse ne manque pas d’humour pour autant. Ainsi, lorsqu’un journaliste l’interroge sur ses capacités physiques et psychologiques, elle explique aussi son succès par le déclin de ses adversaires. Une belle leçon d’humilité pour celle qui signe un double record sur 60 et 100m dans les catégories des 95-99 ans et plus de 100 ans. 

Sa recette du bien vieillir ? Il n’est jamais trop tard pour décider de son destin, qui plus est dans l’intensité d’une immortelle relation mère-fille.

Vous êtes sceptique ? Ce portrait va vous émouvoir et plus que cela : https://www.youtube.com/watch?v=_9e8pK-8fk8

2/ une « rolleuse and friends » débordant d’énergie

sport - edna davoll - isalys rédige
Crédits photo : Profil Facebook Edna Davoll (gauche) et Imgrum (droite).

Dans la catégorie des mamies « fun », Edna Davoll prouve que le sport façon quatrième âge est funky. À 81 ans, elle pratique le roller-dance sur fond de disco dans des tenues très colorées. Impossible en la voyant bouger (en permanence) de deviner l’âge de cette doyenne dans son club ! 

Elle a commencé à pratiquer cette discipline à l’âge de 45 ans. Ses amies cherchaient pour elle une activité physique sur mesure : de quoi libérer toute son énergie au sein d’un groupe et en musique ! La combinaison parfaite pour Edna qui s’amuse tout en prenant soin d’elle. Telle est sa recette du « vieillir pleinement » !

Trois par semaine, elle déambule ainsi , rayonnante, dans la rue entre amies. Son objectif ? Délivrer un message important à la jeunesse : oubliez les écrans, les jeux vidéos, prenez l’air et amusez-vous ! Vous sentirez comme il est bon d’être vivant ! Le sport toutes générations, cool-sociabilisant : vous commencez quand ? Edna vous donne une petite leçon d’énergie : https://www.youtube.com/watch?v=KxOQcHxtvqs

3/ une gymnaste délicate comme une demoiselle

sport - johanna kaas - isalys rédige
crédits photo : Pinterest

Elle est née le 20 novembre 1925 et elle inscrite au « Guinness World Record Book » : allons à la rencontre de Johanna Quaas, la gymnaste la plus âgée du monde ! 

Elle débute la pratique de cette discipline à l’aube de la cinquantaine. Et elle participe à sa première compétition à l’âge de 56 ans ! L’élégance, la précision et la tonicité de ses mouvements marquent d’emblée les esprits. À 84 ans, alors qu’aucune concurrente ne figure dans sa catégorie, elle remporte un championnat en dominant les gymnastes plus jeunes de dix ans. Une immense fierté pour elle.  Son art, dans un écrin désormais âgé de 93 ans, n’a rien perdu de sa finesse. Une véritable leçon de beauté revisitée.

Passionnée depuis toujours par le sport, professeur d’éducation physique, sportive multi-disciplinaire, Johanna pratique en parallèle la course à pied, la natation et l’équitation. Elle s’adonne également au yoga.

Un programme exigeant ? Il faut porter un regard nouveau sur la vieillesse, affirme-t-elle. Cette période de la plus vie est la plus propice à la pratique du sport, car le quotidien est délesté de nombreuses activités. Bouger permet de vivre le plus longtemps possible et remplace de nombreux médicaments. Besoin d’une preuve ? La voici : https://www.youtube.com/watch?v=RLeoreilVp0https://www.youtube.com/watch?v=RLeoreilVp0

4/ une pionnière bodybuildeuse

sport - willie murphy - isalys rédige
crédits photo : You Tube (gauche) et Sport 360 (droite)

Inclure le bodybuilding dans la catégorie des « sports » ? Sans hésitation ! Cette discipline méconnue exige un entrainement intense, une hygiène de vie irréprochable et une condition physique extensible. Willie Murphy, véritable phénomène dans le milieu du bodybuilding respecte les trois critères…à l’âge de 81 ans.

Cette américaine vise toujours l’excellence. En avril 2018, elle a battu son propre record personnel en soulevant pas moins de 104 kgs, soit plus du double de son propre poids. Ses performances ne manquent pas de réveiller la jalousie dans le milieu, mais elle y est sourde. Personnage singulier, absente sur Internet, mais particulièrement présente au contact des jeunes, elle délivre un message positif et inspirant : ne laisse personne te convaincre que tu ne peux pas. Personne, y compris toi-même

Difficile d’imaginer un bout de femme aussi fort ? La preuve en images ici :https://www.youtube.com/watch?v=bT2w7-fDW9o  

5/ une démonstration d’élégance sur une puissante monture

sport - dinnie greenway - isalys rédige
crédits photo : Mike Heenan-CBC (gauche) et London Sports Hall of Fame (droite)

À 98 ans, Dorinda « Dinnie »Greenway, légende de l’équitation canadienne, voue une passion intacte pour les chevaux. L’assurance de sa posture à cheval ferait douter de son âge. Et son amour pour la discipline est d’une fraîcheur enfantine

Logique pour cette compétitrice renommée, à l’aise sur les parcours comme dans son rôle de juge international. Elle savait monter à cheval avant même de marcher. Dans le cas de « Dinnie » Greenway, si le temps n’a pas d’emprise sur ses qualités physiques et techniques, il est surtout impuissant devant cette ardeur éternelle. « Dinnie » la définit même comme une addiction. Honorable évidemment. 

Si certains jockeys ou non-initiés estiment qu’il existe une relation d’autorité de l’Homme à l’animal, « Dinnie » l’envisage plutôt comme un travail d’équipe. Elle puise dans cet amour mutuel une profonde énergie. Tel est le secret de cette mamie incroyable : à deux, nous sommes toujours plus forts. 

Sa carrière lui a permis de rejoindre, en novembre 2017, le très prisé « London Sports Hall of Fame« , une sorte de Panthéon pour les sportifs émérites. Au cours de la consécration, les organisateurs retracent en vidéo le parcours exceptionnel et atypique de cette passionnée : https://www.youtube.com/watch?v=aIUa7NA3k-4

6/ une sensualité suspendue dans le vol du temps 

sport - paddy jones - isalys rédige
crédits photo : Daily Mail

Sarah Patricia Jones, épatante Britannique âgée de 84 ans prouve que la passion résiste à toutes formes d’assauts, y compris celui de la vieillesse.

Plus connue sous le pseudonyme de Paddy Jones, inscrite au Guiness des Records comme la plus âgée des danseuses de salsa acrobatique,  elle a marqué les esprits par sa participation à des émissions. La qualité technique et la tonicité de ses mouvements ont chaque fois épaté des juges ébahis par ses prestations époustouflantes.

Que se cache-t-il derrière cette impressionnante qualité de danse ? Une volonté au service d’un rêve. Lorsque Paddy rencontre son mari, elle a 22 ans et elle met entre parenthèses une passion précoce pour la danse. Le couple s’installe en Espagne où Paddy affronte une épreuve douloureuse, la leucémie de son époux. Il s’éteint en 2003. La danse devient alors l’échappatoire à son chagrin. Elle décide de suivre des cours de tango. Cette décision la hisse vers une destinée extraordinaire. 

Paddy Jones ne se résume pas une qualité de danse. Elle incarne aussi la seconde jeunesse. Dans une vidéo diffusée par une chaîne espagnole en 2004, elle se plaît à amuser la foule de son grand âge. Rire, l’autre corde à l’arc de cette éternelle jeune femme. 

Regardez, vous n’allez pas le croire : https://www.youtube.com/watch?v=nidDR8JRR-4

7/ une preuve des vertus de l’amour maternel

sport - deirdre larkin - isalys rédige
crédits photo : Le Monde (gauche) et Escale Arcachon (droite)

Si une sportive a prouvé qu’il n’est jamais trop tard pour débuter, c’est bien Deirdre Larkin ! Cette fierté nationale d’Afrique du Sud a, en effet, commencé à courir à l’âge de 78 ans. À 86 ans, elle détient le record du monde du semi-marathon dans sa catégorie,après avoir bouclé une course en 2h05. 

Rien pourtant ne la prédestinait à de telles performances. Deirdre était tout d’abord une artiste, une pianiste qui enchaînait avec passion les concerts. En 2000, les médecins lui diagnostiquent une ostéoporose. Ses os perdent progressivement en résistance, elle est même contrainte d’abandonner quelques temps le piano. Coup dur pour cette hyperactive amoureuse de la musique ! En 2010, son fils revient vivre près d’elle et c’est ainsi que l’amour maternel accomplit un nouveau miracle. Il court trois fois par semaine et elle décide de l’accompagner. Sa vie prend alors un nouveau tournant.

Sa philosophie ? Lorsque nous nous fixons un objectif par passion, les sacrifices deviennent des outils pour de meilleures performances et les contraintes se métamorphosent en habitudes. Deirdre considère ainsi son entraînement quotidien comme le plaisir intense de se sentir bien vivante. Les 800 médailles qu’elle possède sont pourtant les preuves réelles de son exploit. Pour respirer un air de seconde jeunesse, visionnez ce portrait : https://www.youtube.com/watch?v=mmmZBsywBwM

8/ une leçon de domptage des bassins à tout âge 

sport - mary brown - isalys rédige
crédits photo : page Facebook Regina Masters Swim Club

La natation n’échappera pas à cette galerie de portraits épatants !

Cocorico ! Jusqu’en 2016, une sirène française régnait sur la discipline : la grande Michèle Guillais a nagé jusqu’à l’âge de 94 ans avant de prendre une retraite bien méritée et aller vers de nouvelles découvertes.

Désormais, une Canadienne assure la relève de la nage version quatrième âge. Mary Brown est tout aussi rayonnante et passionnée. À 86 ans, cette sportive tonique, affiche une silhouette très athlétique pour son âge. Elle participe depuis plus de quarante ans à des compétitions. Pourtant, elle ne s’entraîne que deux à trois par semaines. Mais, voilà, rien ne peut arrêter ni son endurance ni sa joie de vivre. Sa philosophie ? Distiller dans le sport une bonne dose d’amitié ! C’est ainsi qu’au mois de mars 2018, elle a participé avec trois amies à une rencontre inter-clubs de natation. Du haut de leurs 321 ans cumulés, elles ont remporté le relais 4X50 mètres et l’amour d’un public enthousiaste et conquis. Et elle ne compte pas s’arrêter là ! 

Mais quelle est donc leur recette ? 

Ces grandes dames ne sont pas des cas isolés mais le symbole de cette génération ivre d’un bien-vieillir à portée de main ! Leurs secrets ? Premièrement : aimer sincèrement leur discipline ; la passion permet de déployer une profonde énergie sans ressentir la pleine virulence de l’effort. Deuxièmement : s’aimer soi-même. La confiance en soi, telle est l’eau qui fait de la graine une fleur. Ressentir la fierté de transmettre un message positif aux jeunes générations. Le sport rend à l’ancienneté ses lettres de noblesse : il permet à ces mamies extraordinaires d’être écoutées comme nos anciens le méritent. 

©Isalys Roux, rédactrice Web

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *